Baromètre Jobs en Tension – Pétrole et Energie

Contexte

Table des matières

Les énergies appelées conventionnelles, ou fossiles, ou non renouvelables depuis quelques temps, semblent être un reflet de l’évolution de nos sociétés. Un reflet que l’opinion publique a quelques fois du mal à assumer.

D’un côté, ces énergies ont permis un siècle de développement comme l’humanité n’en avait jamais connu. De l’autre, la peur du “peak oil” et le réchauffement climatique font que les sociétés du secteur sont honnies. Honnies quand elles fournissent de l’énergie (car elles émettent du CO2) et quand elles n’en fournissent pas, ou alors à des prix jugés trop élevés. Ce qui est le cas depuis quelques mois.

Il y a encore quelques dizaines d’années, envisager une carrière dans les énergies fossiles était l’un des projets professionnels les plus ambitieux et admirés. Aujourd’hui, la donne a complètement évolué. On se demande presque qui voudrait faire carrière dans un secteur qui semble voué à une lente agonie. D’autant que la recherche et le maintien de compétences a toujours été un des défis d’une industrie extrêmement technique.

Pour compliquer encore plus le tableau, le phénomène des difficultés de recrutement et les jobs en tension touche aujourd’hui quasiment tous les secteurs de l’économie. Des difficultés qui ont fait apparaître de nouveaux mots dans le vocabulaire des professionnels du staffing. Des mots comme profil pénurique, jobs en tension ou ghosting (quand le candidat ne répond plus aux sollicitations du recruteur). En somme, trouver un candidat compétent dans un marché du travail qui s’hyperspécialise s’avèrera difficile pour le recruteur dans 52% des cas selon Pôle Emploi.

Pour que les recruteurs du secteur aient toutes les cartes en main, Tool4staffing a compilé toutes les infos disponibles sur le recrutement dans les énergies conventionnelles. Du raffinage de pétrole au stockage de gaz en passant par le transport et l’assistance technique, toutes les offres d’emploi ont été compilées et analysées. Car même si la France a cessé l’exploitation pétrolière sur son territoire, de nombreux métiers liés aux hydrocarbures y sont toujours exercés. Quels sont les recrutements en cours et à venir et surtout, quels sont les jobs en tension, c’est-à-dire qui vont causer des problèmes aux recruteurs ? Tout cela pour prendre de la hauteur et dégager les grandes tendances. C’est parti !

Les sources et données :

– Le site de la direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (DARES) du Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, qui regroupe toutes les statistiques de l’Etat sur le monde du travail.

– Le site Jobfeed.fr. Moteur de recherche recensant toutes les offres d’emploi publiées sur le territoire français selon tous les types de critère (type d’emploi, contrat, diplôme exigé, salaire…).

– Les ressources du site https://www.energierecrute.com/

– Les ressources documentaires de la GEP – AFTP : groupement français des entreprises et professionnels des hydrocarbures.

– Les ressources documentaires de la CSNIL : la Chambre Syndicale Nationale de l’Industrie des Lubrifiants.

Pétrole, gaz et énergie : Où en est le recrutement depuis 1 an ?

Nombre d’offres d’emploi publiées en France, par mois, pour des emplois dans les entreprises du secteur des énergies conventionnelles de décembre 2020 à novembre 2021.

Première constatation : le nombre d’offres d’emploi publiées ne suit pas la reprise économique, ce qui est assez rare pour être souligné.

Plus d’activité correspond normalement à une plus grande demande en énergie, et donc à des embauches. Malgré un pic situé début juin.

Le pic bas des offres d’emploi se situe d’ailleurs 2 mois plus tard, en Août. La courbe du nombre d’offres d’emploi publiées semble suivre une tendance longue à la baisse. Pour approfondir l’analyse, intéressons-nous aux types d’emploi proposés.

Nombre d’offres d’emploi publiées en France, par mois, pour des emplois dans les entreprises du secteur des énergies conventionnelles de décembre 2020 à novembre 2021.

Les ingénieurs commerciaux sont les plus demandés. Il faut rappeler qu’en France, l’activité se concentre surtout autour du stockage, du transport et de la fourniture d’énergie aux particuliers et entreprises. Les techniciens de maintenance sont également très sollicités en 2021.

Un grand atout du secteur pour attirer les talents, c’est le niveau des salaires. Comme on peut le constater avec le graphique ci-dessous.

Offres d’emploi publiées en France, par niveaux de rémunération, pour des emplois dans les entreprises du secteur des énergies conventionnelles de décembre 2020 à novembre 2021

Les recruteurs dans le pétrole, le gaz et l’énergie ont donc des postes à pourvoir en 2021. Une tendance qui semble partie pour se poursuivre en 2022. Mais sur lesquels vont ils éprouver des difficultés. Quels postes sont, selon la dénomination utilisée par Pôle Emploi, en tension ?

Pétrole, gaz et énergie : Quels sont les jobs les plus en tension en 2021 ?

Qu’est ce qu’un JOB EN TENSION ?
Un métier en tension connait des difficultés à recruter. Un job dans lequel la demande de travail, pour plusieurs raisons, ne se satisfait pas de l’offre. La liste de ces métiers est établie chaque année par l’enquête Besoins en main-d’œuvre (BMO) réalisée par Pôle emploi. À chaque profession est attribuée un pourcentage. Si ce dernier dépasse les 50%, alors le métier est
considéré comme en tension. Plus ce pourcentage est élevé, plus la tension est forte, plus les difficultés à recruter seront grandes.

Qu’en dit l’enquête BMO ?
De nombreux métiers liés aux énergies conventionnelles sont considérés comme en tension.

Les métiers de géomètre (plus nécessaire à l’exploitation) et tuyauteur (essentiel à la partie transport) sont dans le top 5 des métiers les plus en tension en France.

Les professions liées à la maintenance et l’environnement sont également en tension, que ce soit pour les cadres ou les techniciens.

Les conseils de tool4staffing

Optimiser sa marque employeur, trouver plus de candidats pertinents et plus vite, mieux gérer la relation avec eux, impliquer davantage et mieux les managers, rendre la mobilité interne plus fluide et plus efficace sont autant de challenges que relèvent les DRH d’entreprise au quotidien.

La Marque Employeur se travaille souvent de 2 manières : en mettant en scène l’entreprise dans les médias ou sur les Réseaux Sociaux, mais également lors des échanges avec le candidat. Car moins ils reçoivent de communications de la part de l’entreprise, plus ils ont une image négative de cette dernière. Il semble donc nécessaire au recruteur de s’équiper d’un logiciel de recrutement muni d’outils d’automatisation des communications.

Empruntés au marketing, ces outils permettent d’envoyer des communications à la fois massives et personnalisées. Pour cela, tout se joue lors de la constitution de la short list de candidats. Celle-ci se fera automatiquement si l’on est équipé d’un tel logiciel de recrutement utilisant des algorithmes d’intelligence artificielle, comme le matching sémantique.

Le matching sémantique, emprunté aux applications de rencontre, compare en une fraction de seconde les compétences demandées dans l’offre d’emploi avec les compétences de tous les candidats en base.

Tool4staffing est une Talent Acquisition Suite qui permet d’adresser les problématiques de métiers en tension via la diffusion, l’approche directe, la mobilité interne, la collaboration avec les Managers en s’appuyant sur les technologies de l’Intelligence Artificielle, du marketing automation et du CRM.

Grâce à son API, le logiciel est conçu pour s’intégrer dans un Système d’Information et s’interfacer avec des applications tiers.

Si vous souhaitez approfondir la thématique du job en tension, n’hésitez pas à nous contacter.