Top 5 des pires messages de prise de contact avec un candidat sur LinkedIn

Avez-vous déjà contacté un candidat sur LinkedIn et reçu en retour une réponse glaciale ? Ou pire encore, un blocage immédiat ? C’est sans doute parce que votre message de prise de contact était maladroit. 

 

Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Tous les recruteurs ont déjà fait des erreurs tactiques dans leurs prises de contact. Car après tout, il est difficile d’attirer l’attention d’un candidat en seulement quelques lignes. Rédiger de bons messages de prise de contact, c’est même tout un art.

 

Dans cet article, nous explorons les pires faux-pas, à ne commettre sous aucun prétexte, sous peine de faire fuir vos candidats. Découvrez notre sélection des 5 pires erreurs en matière de messages de prise de contact en recrutement !

#1 Le message automatisé qui aurait dû être personnalisé

“Bonjour [Prénom du candidat], j’ai vu sur votre profil que vous alliez bientôt terminer votre alternance chez [Nom de l’entreprise]. Mon entreprise recherche actuellement un commercial junior, seriez-vous intéressé pour en discuter ?”

Vous aviez tout prévu : un message personnalisé, envoyé au bon timing, à un candidat ciblé. Et là, patatras, vous avez fait votre copier-coller un peu trop vite, ou bien vous avez oublié de paramétrer les champs dédiés dans votre campagne automatisée. Résultat : vous avez tout simplement oublié de remplacer “[Prénom du candidat]” par “Jean-Pierre” ou “Dylan”. Et c’est très fâcheux. 

Si vous vous en rendez compte dans la seconde qui suit l’envoi de votre message (le grand classique), pas de panique : vous pouvez toujours modifier votre texte après coup. Vous n’avez plus qu’à prier pour que le candidat n’ait pas déjà lu votre message. Et sinon, mieux vaut rectifier le tir le plus vite possible, en vous excusant platement ou en tentant un trait d’humour. Bon courage.

Essayez-nous gratuitement

#2 Le message de mauvais ton 

“Hello Jean-Pierre !!! Trop cool que tu aies accepté ma request. Je bosse pour une entreprise de conseil qui recherche une super-star pour diriger son équipe Finance. Est-ce que l’aventure te tenterait ? Super équipe et avantages de ouf à la clé ! Dispo pour en discuter ?”

Valable aussi dans l’autre sens :

“ Cher Dylan, je me permets de vous adresser ce message pour explorer de possibles opportunités de collaboration. Ayant pris connaissance de votre profil LinkedIn, je souhaiterais vous présenter une offre d’emploi qui correspond à vos compétences, à l’occasion d’une discussion plus approfondie. Je vous remercie par avance pour votre attention et j’espère que vous me ferez l’honneur de considérer ma demande. Bien cordialement.“

Pas besoin de vous faire un dessin : adopter un ton trop décontracté risquera d’être perçu comme un manque de professionnalisme (vous n’avez pas gardé les cochons avec Jean-Pierre) tandis qu’un message excessivement formel pourra sembler distant et impersonnel (Dylan a arrêté de lire votre message après la première phrase). Il est donc important de trouver le juste équilibre.

La clé, c’est d’adapter le ton de vos messages d’accroche selon le profil de candidats que vous ciblez. Vous n’allez pas parler de la même manière à de jeunes profils travaillant en start-up et à des cadres-dirigeants cinquantenaires, qui ont l’habitude d’une communication plus formelle. Apprenez donc à jongler entre tutoiement / vouvoiement (en cas de doute, privilégiez toujours la seconde option) et soyez perspicace dans votre utilisation (ou non) des émojis.

#3 L’erreur de destinataire (oups)

“Bonjour Jean-Pierre (non, moi c’est Dylan), je recrute actuellement sur un poste de Marketing manager, et ton profil correspond aux compétences que nous recherchons (ah bon, c’est bizarre car je suis dresseur de chiens). Le poste est basé à Angoulême (super, mais moi j’habite à Aix-les-Bains). Seriez-vous intéressé ? (ben du coup non pas vraiment) 

 

Nous avons tous connu ce moment gênant qui suit l’envoi d’un message à la mauvaise personne. Que ce soit à cause d’une confusion entre les prénoms, les profils ou les multiples postes sur lesquels vous recrutez, une bourde de ce type est vite arrivée. Et peut suffire à vous faire perdre toute crédibilité en moins d’une seconde auprès de vos candidats.

 

Pour l’éviter, il n’y a pas de secret : avant d’appuyer sur le bouton « Envoyer », prenez TOUJOURS quelques instants pour vous relire. Vous pourrez ainsi éliminer vos éventuelles fautes d’orthographe, vérifier que vous êtes bien en train d’écrire à la bonne personne, et dire ciao aux situations embarrassantes.

#4 Le message de stalker

“Bonjour Dylan, je suis chargé de Talent Acquisition et je recherche actuellement un manager d’hôtel bilingue anglais. J’ai vu sur votre compte Instagram que vous aviez justement passé 6 mois en Australie en 2021. Êtes-vous actuellement ouvert à de nouvelles opportunités professionnelles ? PS : je suis aussi tombé sur votre compte MySpace, moi aussi je joue de la guitare !”

Évidemment, en tant que recruteur, vous devez parfois jouer un rôle de détective pour cerner au mieux les compétences de vos candidats et identifier leurs traits de personnalité. Mais attention à ne pas tomber dans le stalking, en étant trop intrusif (voire même flippant).

Gardez en tête que les informations que vous trouvez sur les réseaux sociaux des candidats sont destinées à leur cercle personnel. Utiliser ces informations sans discernement peut donner une impression d’atteinte à leur vie privée. Limitez-vous donc aux informations professionnelles disponibles sur des plateformes comme LinkedIn.

#5 Le message qui n’en dit pas assez

“Bonjour, j’ai vu votre profil et je voulais vous parler de nos opportunités. Pouvez-vous me recontacter dès que possible ? »

Évitez les prises de contact trop vagues. Pas besoin d’écrire un roman mais vous devez donner suffisamment d’informations à vos candidats pour qu’ils puissent se faire une idée rapide de votre proposition. Et éviter par la même occasion de leur faire perdre du temps s’ils ne sont pas intéressés. 

Mentionnez par exemple clairement :

  • Le poste sur lequel vous recrutez, avec quelques détails sur les responsabilités associées, et si possible sur les avantages proposés (fourchette de salaire par exemple)
  • L’entreprise, avec une courte présentation de son activité
  • Les raisons pour lesquelles le profil du candidat a attiré votre attention
  • Des informations de contact claires

 

En conclusion, chers recruteurs, si vous voulez capter l’attention de vos candidats, mettez-vous à leur place, faites preuve de bon sens, et affûtez votre plume ! Oubliez les messages non personnalisés, les tonalités inappropriées, les erreurs de destinataire, le stalking digne d’un détective de série B, ou encore les messages qui en disent trop peu, et prenez quelques instants pour peaufiner votre prose. Bonne chasse aux talents !

Découvrez nos derniers podcasts :