LE BLOG

Le bêtisier du recruteur

La plupart des recruteurs vous le diront. Beaucoup ont choisi ce métier pour être en contact avec les gens. Pour le meilleur, mais parfois aussi pour le pire. Car qui dit multiplication des contacts humains, dit multiplication des gaffes et situations gênantes. Les recruteurs n’ont en effet pas à attendre la fin d’année pour avoir leur bêtisier. Des tentatives de rapprochement “non professionnels” aux pauses déjeuner pendant les entretiens… tout y passe. La technologie, qui s’est imposée à vitesse grand V pendant la crise pandémique, s’est vite révélée elle aussi comme un grand pourvoyeur de scènes comiques. Comme le candidat qui se lève de son siège pendant l’entretien en visioconférence, révélant ainsi son caleçon en renversant son verre de gin placé derrière l’écran. Voici un petit tour d’horizon de ces situations comiques, pour s’amuser. Mais, pour aussi faire avancer le Schmilblick, on va essayer de comprendre comment on peut s’en prémunir. Car, si elles sont souvent drôles, ces situations peuvent aussi s’avérer embarrassantes. Et demeurent, avant tout, une perte de temps pour le recruteur.

Des candidats pourvoyeurs de gags …

Selon les témoignages des recruteurs, on peut classer les candidats pourvoyeurs de scènes cocasses en 5 grandes catégories.

Les excessifs, comme ce candidat qui promet que, s’il était embauché, se ferait tatouer le logo de l’entreprise sur l’avant-bras. tout en montrant le tatouage de sa dernière entreprise.

Les sans-gêne, telle cette candidate qui, comme elle n’avait pas déjeuné, a commencé à manger un hamburger et des frites dans le bureau des ressources humaines.

Les bluffeurs (aussi drôles qu’audacieux) comme ce candidat qui soudainement demande à mettre l’entretien en pause car il reçoit un coup de fil. C’est sa femme au téléphone. “ Combien? C’est vrai? L’entreprise X me propose le poste!”. Puis se retourne vers le recruteur en lui disant “Oui c’est vrai, l’entreprise X me propose tel salaire, mais libre à vous de me faire une proposition supérieure”.

Et les candidats qui vivent carrément sur une autre planète. Comme celui écoutant de la musique avec des écouteurs et qui certifie pouvoir mener à bien l’entretien ainsi. Ou un autre qui, pour impressionner le recruteur, le défia au bras de fer.

… Avec la technologie

La pandémie a obligé les recruteurs, plus que tout autre profession, à évoluer. Ainsi, de plus en plus d’entretiens se font en visioconférence. Une digitalisation qui ne se fait pas sans heurt, surtout pour les candidats. Comme pour celui qui a conservé son masque devant l’écran pendant l’entretien, pour “s’entraîner aux étapes en présentiel”. Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet Clémentine, se souvient de la dernière visioconférence dans le cadre du recrutement d’un Chef de projet informatique. Ce “cadre quadragénaire pourtant confirmé se promenait dans son appartement, PC sous le bras, allait du salon à la cuisine, choisissait sa capsule de café”.

Un gag lié à une mauvaise préqualification d’un candidat : la faute du recruteur ?

Mais les recruteurs méritent aussi leur best-of. Un best-of qui semble souvent alimenté par une mauvaise qualification du candidat. Ne pas se renseigner en profondeur sur l’historique professionnel de la personne en face peut s’avérer mémorable. Comme cette histoire où le candidat remplit sa fiche de candidature. A la question : « Pourquoi avez-vous quitté votre dernier travail ? », il répond : « J’ai abattu mon ancien patron d’une balle dans la tête ». Et le recruteur de préciser qu’il n’a pas été pris.

Autre grand pourvoyeur de gaffe des recruteurs : l’erreur technique. C’est ce que raconte Jean-Christophe Thibaud, dirigeant du cabinet Lectia RH. “J’appelle un candidat et pensant que j’avais affaire à celui qui avait été écarté de la short-list, je suis parti bille en tête à lui dire que je lui avais déjà expliqué les raisons pour lesquelles son profil ne convenait pas… pour le rappeler quelques minutes plus tard pour lui expliquer qu’en réalité, il avait le poste…”

Il paraît évident que sur ce type de cas, la responsabilité du recruteur semble engagée. Mais ces erreurs ne viennent-elles pas d’un manque de temps de plus en plus grand? Car si vous êtes serveur dans un bar et que l’on double du jour au lendemain le nombre de tables dont vous avez la charge, le risque de faire tomber des assiettes sur des clients sera décuplé… Ayant de plus en plus de travail, le recruteur nécessite de plus en plus une aide technologique. Comme un logiciel de recrutement qui qualifie automatiquement les candidats et qui assure chez tous les intervenants un suivi de la candidature. L’anonymat dans les bêtisiers semble être à ce prix. 

Même si les relations humaines apporteront toujours leur lot de surprises, le recruteur peut réduire le nombre de boulettes en qualifiant au mieux les candidats et en utilisant les outils digitaux à sa disposition. Moins de rire mais plus d’efficacité. Et comme vous êtes arrivé à la fin de l’article, on vous récompense. Avec cette vidéo de cet avocat texan, qui n’arrive pas à enlever le filtre chat qu’il a malencontreusement activé sur sa webcam. Mais qui veut tout de même continuer la vidéoconférence initiée avec le juge.

Auteur de l'article
Scroll to top